Janick Burn

Aubes

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Samedi 18 mai au samedi 22 juin 2019
Installation
Lauréate de la Bourse Plein sud 2018

VERNISSAGE, le samedi 1er juin 2019 à 15 h
Vous assisterez également, à 15 h 30, au dévoilement du nom des finalistes et du lauréat de la Bourse Plein sud 2019, ainsi qu’au lancement d’un opuscule consacré à l’exposition de Janick Burn.

Janick Burn envisage le corps au regard d’enjeux de visibilité et de travail. La notion d’expérience vécue s’inscrit au cœur de sa pratique performative et vidéographique. Elle s’intéresse à l’interstice qui apparaît lorsque deux concepts ou états sont appréhendés dans une dynamique d’opposition (passivité/activité, public/privé, corps/pensée, etc.). Ce lieu contingent de rencontres et de confrontations offre à l’artiste un cadre de travail et de réflexion au sein duquel expérimenter les potentialités du corps – le sien ou celui d’interprètes.

Avec Aubes, Burn présente un portrait intime et brut de sa rencontre avec le temps et la lumière. Entre les solstices d’été et d’hiver de l’année 2017, l’artiste consigne en images et en mots les aubes dont elle fait l’expérience quotidiennement à travers la fenêtre de sa chambre. À l’issue de la nuit, elle filme le passage de l’obscurité à la clarté et traduit par l’écriture ses observations ainsi que les sensations qui l’habitent. Burn élabore un récit du temps vécu, récit entrelaçant attente et activité, plénitude et ennui, où s’y superposent des états de résistance et de précarité.

Au fondement de l’œuvre réside l’hypothèse selon laquelle la manière la plus juste et la plus sensible d’aborder le corps serait de ne pas le montrer dans l’image. Alors que Burn performe hors du cadre de l’image qu’elle enregistre, l’œuvre fait appel à des enjeux de visibilité (ou d’invisibilité) de façon à problématiser les politiques de la représentation. C’est ce qui est absent de l’image qui définit celle-ci substantiellement, car l’artiste suggère une présence qui peut se deviner par projection. Hors champ, son corps performant s’incarne à travers cette « absence-présence » et à travers les notes qui accompagnent la création de l’image, l’écriture fragmentaire dévoilant une subjectivité en quelque sorte latente dans les vidéos.

Texte de Maude Johnson


Biographie

Originaire de l’Outaouais/Anishinabewaki, Janick Burn habite Montréal/Tio’tia:ké depuis plusieurs années. Elle termine en 2019 une maîtrise en arts visuels et médiatiques et se consacre à la mise en place de différents projets artistiques. Par une approche réflexive, elle se soucie en particulier du corps et du cadre de la performance et de la vidéo – pratiques autour desquelles sa démarche s’articule et se déploie.


Remerciements

L’artiste remercie Robert Séguin, l’équipe de Plein sud et les membres du jury de la bourse Plein sud, Nicolas Ranellucci, Émylie Bernard, Maude Arès, Anne Bénichou, ses collègues et professeurs.es de la maîtrise, la gang du J-R330 ainsi que toutes les personnes qui l’ont aidée de près ou de loin à rendre ce projet d’exposition possible. Elle remercie également Maude Johnson pour la rédaction du texte de la publication.


Samedis Arts-Jeux

Offerts en collaboration avec la Direction de la culture, du loisir et de la vie communautaire de l’arrondissement du Vieux-Longueuil, les Samedis Arts-Jeux permettent aux familles de découvrir l’exposition de Janick Brun grâce à un atelier d’arts plastiques. L’activité est gratuite : elle comprend comprend une visite guidée, suivie d’activités participatives. Une visite-atelier débute à 14 h et la deuxième à 15 h tous les samedis de l’exposition :

  • les samedis 18 et 25 mai 2019 ;
  • les samedis 1, 8, 15 et 22 juin 2019.
    Bienvenue à tous !
Accueil > Expositions > En cours > Janick Burn