Alexandre David

Alexandre David est né à Montréal en 1964. Il vit et travaille à Montréal.
Il a obtenu un baccalauréat en arts visuels à l'Université Concordia, ainsi qu'une maîtrise en arts visuels de la Slade School of Fine Art (University College London) à Londres (Royaume-Uni), en 1990.

Il expose depuis 1990. Ses travaux sont présents dans plusieurs collections et il a été par deux fois lauréat du Gala des arts visuels (AGAC) : pour la meilleure exposition en galerie privée en 2012 et pour la meilleure exposition en région en 2011. Il est représenté par la Galerie Parisian Laundry.


2013

oeuvre à l'encan

Agrandir

Projet pour une petite place publique mobile, 2012
Encre sur papier (encre qualité archive et papier sans acide)
66 x 33 cm
Crédit photographique : Alexandre David
Prix de départ : 500 $

Texte sur l'œuvre, par Alexandre David

Ce dessin fait partie d'une série de projets non-réalisés. Les instructions pour l'usage des objets ne sont présentées que pour mieux imaginer ceux-ci parce que je ne souhaite pas qu'ils prennent forme autrement qu'à travers des plans ou dessins. Ces projets, qui ne sont donc pas destinés à être réalisés, pourraient se classer en cinq catégories qui peuvent se recouper : 1) ceux pensés pour des lieux spécifiques qui existent. 2) ceux qui sont irréalisables de par leur ampleur ou configuration. 3) ceux, plus modestes, que chacun pourrait réaliser soi-même à partir d'instructions précises (même s'il ne s'agit pas de les réaliser). 4) ceux qui ont des indications précises concernant les dimensions, et les matériaux. 5) ceux qui sont plus généraux et qui laissent à chacun la possibilité de les imaginer selon ses préférences.


2011

oeuvre à l'encan oeuvre à l'encan

Place pour un âne, 2010
Encre (qualité archivale) sur papier PH neutre
Deux dessins de 28 x 43 cm chacun
Photo : Guy L'Heureux

Prix de départ : 200 $

Agrandir (dessin 1) / Agrandir (dessin 2)

Démarche artistique et note sur l'œuvre

L'usage quotidien de l'architecture entre souvent en jeu dans ma pratique en sculpture: je travaille avec des volumes sous lesquels on peut se déplacer, d'autres qui fonctionnent comme des bancs sur lesquels on peut s'asseoir. Mes objets sont souvent construits pour qu'on puisse retrouver la sensation de longer un mur, tourner un coin ou circuler autour d'un square. Certains de mes projets fonctionnent comme des architectures mobiles qu'on peut déplacer d'un lieu à un autre. Je ne cherche pas à représenter nos expériences spatiales quotidiennes, ou à thématiser l'architecture d'une façon ou d'une autre. Ce que je propose n'est jamais envisageable, ne s'amorce pas en tant qu'expérience, sans une familiarité avec l'architecture.

J'ai aussi une pratique en dessin qui consiste à mettre en forme des projets non réalisés ou non-réalisables, qui n'existent donc que sous forme de dessins et plans. L'œuvre présentée ici en est un exemple : il s'agit d'un plan pour un projet de petite place qui peut être tirée par un âne, sous une forme repliée et compacte pour ensuite être déployée en une petite scène ou un lieu de présentation. Le projet n'a jamais été réalisé et ne doit pas l'être. Je préfère ne pas incommoder un âne qui aurait à tirer une telle charge. Les deux dessins qui constituent cette œuvre ont toutefois été présentés en 2010 en Autriche et en Chine *.


* 2010 - Donkey Pavillon project for DICA, projet extérieur, Shangaî, République populaire de Chine (commissaires : Yam Lau et Michael Yuen)

* 2010 - Dongxi-Things, Kunsteverein Baden, Autriche (participation dans « Donkey Pavillon project for DICA »)