Catherine Farish

Née en 1951 à Londres, Catherine Farish réside et travaille maintenant au Québec.
Elle a d'abord obtenu un diplôme de l'École du Musée des beaux-arts de Montréal en 1976, avant de compléter le programme de baccalauréat en arts visuels de l'Université Concordia en 1983.
Elle expose depuis 1983. Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées.

Site Internet de l'artiste / www.catherinefarish.com


2011

oeuvre à l'encan

Agrandir

Chance (1), 2008
Encre sur papier Japonais
63,5 x 89 cm
Photo : Daniel Roussel
Prix de départ : 1 000 $

Chance is part of a series of four intaglio prints that were conceived for an exhibition at Atelier Circulaire celebrating its 25th anniversary.

In retrospect I see these pieces as the very beginnings of a much larger current body of work called the Piano Roll Project. This project deals with the visual codification of music and in these Chance etchings I was exploring the juxtaposition of two different rhythms: one ordered and one more haphazard.

The Piano Roll Project will be exhibited at Galerie Simon Blais, November 2011 and in Dublin, Ireland in 2012.

Catherine Farish


Chance fait partie d'une série de quatre gravures en creux qui ont été conçues pour une exposition à l'Atelier Circulaire au cours des célébrations du 25e anniversaire de l'atelier.

En rétrospective, je vois cette série comme le tout début du Piano Roll Project, un corpus d'œuvres actuelles beaucoup plus grand qui porte sur la codification visuelle de la musique. Les eaux-fortes Chance me permettaient d'explorer la juxtaposition de deux rythmes différents : l'un très ordonné et l'autre plus aléatoire.

Les œuvres de Piano Roll Project seront exposées à la Galerie Simon Blais en novembre 2011 et à Dublin, en Irlande en 2012.

Catherine Farish (traduction Plein sud)


2009

oeuvre à l'encan

Agrandir

Esquisses païennes (4), 2004
Chine collé et collagraphie sur Arches
102 x 67 cm
Crédit photographique : Daniel Roussel
Prix de départ : 1 200 $

Voici ce que Catherine Farish écrit à propos de son processus de création : « Mes préoccupations sont immédiates. Je m'attache au pouls des journées. J'essaie de transcrire des impressions, d'en inscrire les traces sur le papier, malgré tout ce que cela comporte d'insécurité, de doutes, d'inquiétude, de confusion... et, paradoxalement, d'assurance, de certitudes, d'audace et de simplicité. Le moins possible, j'essaie de m'immiscer dans l'œuvre. [...] La seule chose dont je suis vraiment sûre c'est qu'il y a un moment où l'œuvre commande mon retrait. Alors j'arrête et j'y mets mon nom. »


2007

oeuvre à l'encan

Breastplate, 2006
Intaglio sur métal
97,5 x 70,5 cm
Photo : Guy L'Heureux

Agrandir

Se consacrant principalement au dessin et à la gravure, Catherine Farish a toujours multiplié les échanges entre ces deux disciplines. Comme c'est le cas dans l'œuvre présentée ici, l'artiste utilise souvent des plaques de métal trouvées. En encrant celles-ci, elle en fait de véritables palimpsestes de l'activité humaine, rendant apparentes les nombreuses aspérités inscrites par le temps. Enfin, par le titre choisi, elle souligne l'analogie formelle entre la forme métallique et la pièce d'armure qui protégeait la poitrine.


2005

oeuvre à l'encan

After Salisbury Plains no 3, 1995
Collagraphie (tirage 14/15)
76 x 56 cm

Agrandir

Pour la série After Salisbury Plains, l'artiste a utilisé des plaques de métal trouvées. Une fois encrées, elles deviennent de véritables palimpsestes, rendant apparentes les nombreuses aspérités inscrites par le temps. Par ailleurs, cette technique peut être vue comme une anatomie du processus de gravure puisqu'elle combine hasard et savoir technique.