Louis Fortier

Né à Québec en 1962, Louis Fortier vit et travaille à Montréal.
Il a obtenu une maîtrise en arts visuels de l'Université du Québec à Montréal en 1994 et des baccalauréats en histoire de l'art (UQÀM, 1987) et en arts plastiques (Université Laval, 1985).
Il expose depuis 1984. Ses œuvres font partie de plusieurs collections publiques et privées.

À surveiller :
Louis Fortier participe à l'exposition Pop-Up! au Centre Phi, à Montréal, en 2013.


2013

oeuvre à l'encan

Agrandir

Hercule, 2011
Impression au jet d'encre (édition de 5)
46 x 42 cm
Crédit photographique : Louis Fortier
Prix de départ : 300 $

Voici la description qu'en fait l'artiste de l'œuvre Hercule :

Une réplique de la propre tête me sert habituellement de point de départ. Objet d’étude choisi en fonction de sa faculté à concentrer les traits distinctifs de l’individualité, ma tête est toutefois assujettie à des programmes qui génèrent des distorsions. À travers les nombreux visages qui ont, à ce jour, donnés forme à ce travail, je joue à réévaluer mon identité dans une tentative de traduire les accidents de la vie courante et la fugacité de l’existence.


2011

Depuis quelques années, Louis Fortier prend pour objet d'étude le visage humain comme symbole de l'individualité. Travaillant avec la cire, il crée des moulages de sa propre figure auxquels il fait subir des déformations, brouillant ainsi les repères identitaires. L'ensemble de l'œuvre est ici envisagé comme un journal où chaque nouvelle sculpture vient faire état d'une dérive possible, entraînant le spectateur dans une réflexion sur le temps où la malléabilité du matériau utilisé fait écho à l'élasticité de l'espace temporel.


2007

oeuvre à l'encan

Bébé éprouvé, 2006
Cire microcristalline et pigments
14 x 14 x 12 cm

Agrandir

Depuis quelques années, Louis Fortier prend pour objet d'étude le visage humain comme symbole de l'individualité. Travaillant avec la cire, il crée des moulages de sa propre figure auxquels il fait subir des déformations, brouillant ainsi les repères identitaires. L'ensemble de l'œuvre est ici envisagé comme un journal où chaque nouvelle sculpture vient faire état d'une dérive possible, entraînant le spectateur dans une réflexion sur le temps où la malléabilité du matériau utilisé fait écho à l'élasticité de l'espace temporel.


2005

oeuvre à l'encan

24 janvier 2003, 2003
Plâtre ultracal, colorant et métal peint
168 x 42 x 20 cm

Agrandir

Louis Fortier aborde le visage humain comme un objet déformable où peuvent s'inscrire les différentes manipulations génétiques. Les moulages sont déformés dans le court laps de temps qui précède la solidification du matériau. Dans la série Journal des humeurs dont fait partie l'œuvre qu'il nous présente ici, c'est presque quotidiennement qu'il est intervenu sur son visage cherchant l'adéquation entre les émotions du moment et le caractère imprévisible de la cire.