François Lacasse

Né à Rawdon en 1958, François Lacasse vit et travaille à Montréal.
Il a obtenu un baccalauréat, puis une maîtrise en arts plastiques de l'Université du Québec à Montréal en 1992.
Il expose depuis 1989.


2011

oeuvre à l'encan

Petite improvisation VII, 2007
Acrylique sur toile
35,6 x 43,3 cm
Photo : François Lacasse

Prix de départ : 1 200 $

Agrandir

François Lacasse élabore depuis 1992 une recherche qui s'est d'abord concentrée sur des problématiques de l'image en cherchant à maintenir en tension cette relation qui lie le visible et le lisible. Depuis le début des années 2000, l'exploration des qualités physiques des matériaux et un intérêt pour la couleur y occupent maintenant une place prépondérante. Les consistances du liquide ainsi que les procédés d'application jouent également un rôle déterminant. Une part d'aléatoire intervient dans ce processus et le « dessin » de la couleur relève ainsi des conditions de production par l'utilisation de procédés aux énergétiques diverses.

Extraits de texte de démarche de l'artiste


2007

oeuvre à l'encan

Petit écoulement II, 2006
Acrylique et encre sur toile
32 x 43,3 cm

Agrandir

Les recherches picturales de François Lacasse se sont d'abord articulées autour d'une tension entre le visible et le lisible qui naissait d'un travail de fragmentation et de superposition d'images. Depuis peu, cette recherche a pris une nouvelle orientation par l'exploration des qualités physiques des matériaux et une attention particulière portée à la couleur. Ici, les différentes consistances des fluides et les effets de gravité laissent place à l'aléatoire dans la construction du tableau tout en révélant les conditions de production de l'image.


2005

oeuvre à l'encan

Petites humeurs 3/6, 2000
Acrylique et encre sur toile
43 x 30 cm

Agrandir

Après avoir travaillé durant plusieurs années la superposition d'images, François Lacasse explore maintenant une certaine matérialité de la peinture.  Travaillant ses œuvres à l'horizontale, il laisse couler la peinture en lui donnant différentes textures de manière à créer superpositions, chevauchements et enchevêtrements de couleurs.  Il en résulte ici une toile aux nombreuses strates plus ou moins transparentes qui n'est pas sans rappeler les liquides organiques évoqués dans le titre de l'œuvre.