Renée Lavaillante

Renée Lavaillante vit et travaille à Montréal.
Elle est titulaire d'un baccalauréat en arts visuels de l'Université Concordia (Montréal) et d'une licence en lettres et histoire de l'art de l'Université Paris-Sorbonne (Paris, France).
Les œuvres de René Lavaillante se trouvent dans un grand nombre de collections, notamment au Québec, au Canada et en France. Elle expose depuis 1987.

Site Internet de l'artiste


2011

oeuvre à l'encan

Agrandir

À supposer que l'on se heurte à quelque chose, 1993
Techniques sèches et à l'eau, sur papier Rives
85 x 107 cm
Photo : Renée Lavaillante
Prix de départ : 490 $

Dans les travaux que j'appelle mes dessins noirs, qui se sont étendus sur dix ans, j'ai cherché à explorer les propriétés mêmes du dessin, et en particulier, ici, sa part « non construite » : le blanc du papier, souvent mouvant, courbé par la forme qu'on y installe.

Les dessins rassemblés sous le titre À supposer que l'on se heurte à quelque chose montrent une sorte d'enclos qui étire en profondeur l'espace resté blanc.

Mes titres, souvent trouvés dans des poèmes, cherchent à la fois à dire l'expérience de création et à suggérer une lecture de la forme.

Renée Lavaillante, 2011


2009

oeuvre à l'encan

Agrandir

Travaux à l'aveugle, no 14 (détail), 2000
Graphite sur papier coréen
24 x 33 cm
Crédit photographique : Renée Lavaillante
Prix de départ : 300 $

À propos de ce travail, l'artiste écrit : « Je reçois en cadeau un papier coréen, léger, à la surface inégale, incrusté de débris de feuilles séchées, qui font çà et là des taches presque noires. [...] je tâte distraitement : les insertions végétales présentent un relief discret, de texture un peu rugueuse. On dirait un braille désordonné. J'essaie quelques marques au graphite. Finalement, les yeux clos, je parcours la feuille à la recherche de ces points rugueux, je les trouve du bout des doigts, je tente de les percevoir aussi du bout du crayon... »