Lisette Lemieux

Née à Arthabaska, Lisette Lemieux vit et travaille à Montréal.
Elle est détentrice d'une maîtrise en arts plastiques (Université du Québec à Montréal) et de baccalauréats de l'Université du Québec à Montréal, de l'Université de Sherbrooke et de l'Université Laval.
L'artiste a réalisé plusieurs oeuvres d'art intégrées à l'environnement. Ses œuvres se retrouvent également dans de nombreuses collections publiques.


2013

oeuvre à l'encan
oeuvre à l'encan

Agrandir a) / Agrandir b)

Œillade, 2010
Papier Stonehenge perforé, bois, fluorescent
34 x 33 x 33 cm
Crédit photographique : Michel Dubreuil
Prix de départ : 700 $

Cette sculpture est une réappropriation du motif de la boîte dont l’analogie avec l’orbite oculaire a été porteuse : le boîtier-paupière ouvrant sur l’iris, sorte d’œillade que nous a faite cette boîte.

L’œil, sens prédominant chez l’humain, est la première porte sur l’âme, avant la parole. L’appréhension de nos semblables passe par le regard, qu’il soit frontal, oblique ou furtif. L’iris est porteur d’une cartographie fascinante : sinuosités des rayons, couleurs chatoyantes, rétractibilité de la pupille à la lumière, alors que l'absence de cette réaction est un indice de la mort cérébrale. Ces attributs particuliers singularisent chaque individu et séduisent les tenants de la biométrie selon laquelle chaque personne aurait sa carte d’empreintes visuelles.

Les panneaux rétractables du couvercle deviennent les paupières mouvantes révélant partiellement les sillons lumineux de l’iris.

L’œil mi-clos; ni complètement ouvert, ni complètement fermé, à l’état de vigilance, partagé entre le regard extérieur et la réflexion introspective. Œil malicieux, yeux de braise, œil torve, regard accusateur, œil critique.

Surprise, passion, frayeur, connivence, langueur, autant de lectures possibles de percepts et d’affects traduits par le regard.