Michèle Lorrain

Michèle Lorrain vit et travaille à Sainte-Louise.
Elle détient une maîtrise en arts plastiques, option création, de l'Université du Québec à Montréal et un baccalauréat en arts visuels de l'Université Laval.
Michèle Lorrain a réalisé plusieurs oeuvres d'art intégrées à l'architecture. Ses œuvres se retrouvent également dans de nombreuses collections publiques.

À surveiller :
L'artiste présente une exposition individuelle, titrée La citerne, à la Galerie Verticale Art Contemporain à Laval en 2014.


2013

oeuvre à l'encan

Agrandir

La cabane, 1993-2011
Acrylique et vernis sur reliure d'annales
59,2 x 43 cm
Crédit photographique : Michèle Lorrain
Prix de départ : 600 $

Présentation par l'artiste de sa démarche et de son œuvre :

Mes intérêts vont à la recherche du rapport de l’humain au monde que je transpose dans la relation qui s’établit entre le regardeur et l’œuvre. Je cherche au moyen de différents procédés picturaux et installations évolutives à rendre compte du rôle de l’observateur dans la construction de l’œuvre. Je m’intéresse à la notion d’espace qui s’inscrit comme un lieu de pensée et de protection. Je soumets le caractère privé d’un espace intime à divers environnements publics qui le contiennent. Je réalise des séries qui déclinent des manières de concevoir un lieu et sa géométrie.

L’œuvre La cabane est réalisée sur une reliure d’annales recyclée. Réalisée en 1993 et revisitée en 2011, l’œuvre définitive dévoile un paysage sans artifices qui témoigne de la possibilité d’un espace où habiter.


2011

oeuvre à l'encan

Agrandir

Miroir noir / 10, 2011
Verre, plastique, métal, bois, gesso, encre à l'huile, encre à l'eau
26 x 69 x 2 cm
Photo : Michèle Lorrain
Prix de départ : 150 $

Démarche et présentation de l'œuvre par Michèle Lorrain

Je m'intéresse à la construction de l'identité, aux facteurs qui contribuent à son émergence et au caractère singulier de l'individu. À travers des séries picturales et des installations évolutives, je cherche à préciser le rôle du regardeur dans la construction de l'œuvre. Mon travail porte actuellement sur les dispositifs spéculaires. Plusieurs artistes y ont consacré des œuvres, à partir de matériaux et de procédés différents.

À l'origine, le miroir noir était composé d'une plaque de verre sous laquelle on glissait une feuille noire. Les peintres de la Renaissance s'en servaient pour atténuer les nuances et les effets de profondeur d'un paysage. L'image réfléchie faisait ressortir davantage les lignes et les tracés et facilitait ainsi le travail de composition.

J'apprécie particulièrement le miroir noir pour son contenu symbolique et sa capacité à développer des procédés de représentation multiples. Mes miroirs et leur verre bombé réfléchissant ont la propriété d'absorber l'espace environnant et de le superposer à l'image plus intimiste du regardeur. D'ailleurs, en observant attentivement autour de nous, nous constatons à quel point nous circulons parmi de multiples miroirs noirs, à travers les objets d'utilisation courante qui semblent prolonger notre perspective immédiate et notre perception du visible. Je les perçois comme un sujet d'intérêt sur la persistance du réel et ultimement, sur la permanence de notre vie propre.


2009

oeuvre à l'encan

Agrandir

4 adresses, 2008
Acrylique sur contreplaqué russe
26 x 69 x 2 cm
Crédit photographique : Michèle Lorrain
Prix de départ : 200 $

Michèle Lorrain poursuit une production artistique en peinture et installation. Dans son travail, elle s'intéresse à la construction de l'identité, aux facteurs qui contribuent à son émergence et au caractère singulier de l'individu. À travers ses plus récents projets, elle étudie la notion d'espace habitable comme lieu de pensée et de protection. Parallèlement à ses installations réalisées autour du même thème, de petites séries photographiques ou picturales, comme ici, déclinent de façon intimiste et avec une économie de moyens différentes manières de concevoir l'habitat.